Durée de vie des panneaux solaires - les 6 choses à savoir
Lorsque vous êtes impliqué dans le domaine de l'énergie solaire, que ce soit en tant que propriétaire de votre propre installation ou bien en tant que professionnel installateur de systèmes, vous êtes nécessairement confronté à un moment donné à la question de la durée de vie des panneaux solaires. En effet, les modules photovoltaïques sont des biens d'équipement supposés fonctionner au moins deux décennies. La profitabilité du sytème et au-delà, la capacité de l'énergie solaire d'être au centre d'un nouveau paradigme énergétique dépend largement de la longue durée de vie du matériel.

C’est la raison pour laquelle il est important de comprendre ce qui détermine la longévité des panneaux solaires. En faisant des recherches sur Internet ou dans des manuels, vous trouverez rapidement que la durée de vie généralement attendue pour des panneaux solaires est de 25 à 30 ans au moins. Un certain nombre d’éléments donnent de la consistance à cette attente. Tout d’abord, la plupart des fabricants de modules photovoltaïques offrent une garantie de performance de 25 ans, quand ce n’est pas 25 ans de garantie produit. Lorsque la plupart des aides  reposaient sur un système de tarif d’achat, la durée de ce dernier était en général de 20 ans. Enfin, certaines installations de plus de 30 ans fonctionnent encore plutôt bien.

 

Donc, en théorie, il est possible de s’attendre à ce que les panneaux solaires fonctionnent deux à trois décennies. MAIS, cela ne doit jamais être considéré comme quelque chose d’acquis. Celui qui pense que produire de l’énergie solaire consiste simplement à installer des modules photovoltaïques, quels qu’ils soient, sur un toit et qu’une électricité fiable sera produite pendant 25 ans s’expose au moins à une déconvenue et au pire à de grosses pertes financières.

 

Si votre objectif est d’assurer une durée de vie maximum à vos panneaux solaires, il est mieux pour vous de connaître et de prendre en considération les 6 points suivants.

 

1. Qualité des composants
C’est évidemment la base d’une approche long terme. Comme tout bien industriel, la durée de vie d’un panneau solaire est profondément liée à la qualité de ses composants. Imagineriez-vous conduire une voiture sur des milliers de kilomètres sans que celle-ci ne respecte un certain nombre de critères de qualité ? Il en va de même pour les modules photovoltaïques. La plupart des modules sont constitués des composants suivants, tous exposés à des risques de défaillance :
– verre –il peut se briser sous une forte charge mécanique, le coating peut se dégrader au fil du temps…
– cadre aluminium – une mauvaise conception peut mener à de la casse à cause du givre, ou lorsque de fortes charges sont appliquées…
– cellules solaires – elles peuvent être sujettes à des microcracks, hots spots…
– tedlar – il peut se délaminer…

 

Les meilleurs fabricants, au fil des années, ont développé des méthodes de sélection rigoureuses qui vont au-delà des certifications internationales telles que l’IEC 61215. Des méthodes simulant le stress subit par les modules pendant leur durée de vie attendue sont généralement utilisées et combinent l’influence de la température, de l’humidité, du stress mécanique, des UV…Donc tous les composants ne sont pas équivalents et le premier challenge pour assurer une longue durée de vie est de sélectionner la bonne nomenclature de composants. Compte tenu du grand nombre de fournisseurs sur le marché, il n’est pas suffisant de se reposer sur la certification du fournisseur et d’arbitrer ensuite avec le prix. Sans un système rigoureux de tests et de sélection établi en interne, les risques sont significativement plus élevés.

 

2. Qualité d’assemblage
Associés à la sélection des composants, la qualité et le savoir-faire dans l’assemblage sont d’une importance décisive. En effet, vous devez savoir que tous les composants ne fonctionnent pas nécessairement bien ensemble. Ce qui signifie qu’il ne s’agit pas seulement de sélectionner les meilleurs composants individuellement. Il faut choisir les meilleurs composants qui fonctionnent bien ensemble. Et c’est une autre histoire. In fine, c’est ce qui déterminera le comportement et la stabilité des modules tout au long de leur vie.

La conquête de la fiabilité dans notre industrie est une longue histoire. Et elle est toujours en cours. L’industrie solaire est jeune et en plein développement. Nous n’avons pas atteint un stade où la qualité serait équitablement diffusée, si bien qu’il serait quasiment possible de choisir un fournisseur les yeux fermés. Depuis plusieurs années désormais, les fabricants de modules photovoltaïques se développent de manière très agressive tout en cherchant à rapidement baisser les coûts pour conserver leurs marges compte tenu de la pression que fait peser la concurrence. Naturellement, dans ce type d’environnement, tous les produits ne se valent pas car inévitablement, tout au long de la chaîne de valeur, certains font des compromis au détriment de la qualité et de la durée de vie.

 

3. La qualité de l’installation
Si vous achetez le meilleur module mais que celui-ci n’est pas correctement installé, alors vous mettez en danger les bénéfices de votre investissement. Il y a donc plusieurs facteurs à prendre en compte pour s’assurer du bon état de marche de vos modules :
– stocker et transporter les panneaux de manière à éviter les micocracks
– vérifier visuellement la présence de défauts avant l’installation
– s’assurer que la manutention des modules ne provoque aucun dommage: sur la face arrière du module par exemple.
– s’assurer de la sécurité des connexions électriques
– respecter la pente minimale pour assurer l’autonettoyage des panneaux solaires et les fixer de manière à ce que la résistance mécanique maximale soit atteinte
– limiter l’ombrage partiel afin d’éviter un stress inutile sur les diodes de protection
– réaliser le câblage avec la sécurité comme mot d’ordre

 

4. Le taux de dégradation
Une fois que les modules sont proprement installés, leur performance va décroître au fil des années. C’est un phénomène normal et connu expliqué principalement par l’impact du stress thermique et mécanique sur les composants du panneau solaire. Pour les technologies modernes, cette dégradation devrait être de moins de 1%/an. La plupart des fabricants communiquent cette valeur dans leur fiche technique. Evidemment, quand le module fonctionne correctement il est tout à fait possible que le niveau de dégradation soit particulièrement bas.

 

5. Les conditions externes
Parmi les éléments qu’il n’est pas possible de contrôler, il faut évidemment citer les conditions météorologiques dans lesquelles vont fonctionner les modules et qui impacteront leur comportement.

 

6. La maintenance
Un mythe qui persiste encore consiste à dire qu’un panneau photovoltaïque n’a pas besoin de maintenance. Ce n’est certainement pas la bonne attitude à adopter. Lorsque l’on pense au fait que le propriétaire d’une installation va compter sur un actif de production d’électricité censé fonctionner pendant deux décennies au moins, en prendre soin doit en fait être une des priorités principales.
La première des choses à faire est de s’équiper d’un système de monitoring. Car sans données de production il est beaucoup plus difficile d’identifier les problèmes potentiels.
Ensuite, nous recommandons de surveiller son installation et en particulier ce qui est susceptible de créer des ombrages localisés (feuilles,…) ou l’encrassement et d’organiser des visites de maintenance régulières pour vérifier dans la mesure du possible les boîtes de jonction, les connectiques visibles et la mise à la terre.

 

Vous souhaitez recevoir nos dernières actualités et articles de blog par mail ? Inscrivez-vous à notre newsletter.