De quoi parle-t-on avec “l’effet PID” sur les modules photovoltaïques ?

L’effet PID peut aussi être interprété comme un signe de vieillissement.

 

L’effet PID (Potential Induced Degradation) des modules photovoltaïques est un effet qui en diminue la puissance, via la mise à la terre. Une fois que cette réduction de puissance apparait, elle s’inscrit durablement pour ternir la performance du module.

La principale cause de l’effet PID est la haute tension qui existe entre les cellules solaires, encapsulées à l’intérieur du laminé, et la surface vitrée à l’avant du module, elle-même connectée à la terre à travers le cadre ou la sous-structure du module.

Cela peut entraîner un transfert indésirable des électrons au mauvais endroit, tout en réduisant les performances de la cellule. Aussi, lorsque beaucoup de modules sont montés en série sur un même string, donc dans un contexte de tensions élevées, les conséquences de l’effet PID sont amplifiées. De la même manière, un environnement humide et des températures élevées amplifient le phénomène.

Le PID est un souci très grave, car il ne se développe généralement qu’après des mois qui suivent l’installation du système photovoltaïque. En outre, contrairement à d’autres défauts connus sur les modules (délamination ou jaunissement des EVA), il n’est pas visible à l’œil nu.

 

Quelle est la norme de référence pour des modules exempts d’effet PID?

 

La norme de référence est la norme IEC TS 62804-1: 2015 « Modules photovoltaïques (PV) – Méthodes d’essai pour détecter la dégradation induite de potentiel (PID) ».

Afin d’obtenir la certification «PID-Free», les fabricants se doivent de soigneusement sélectionner les composants de leurs modules et d’optimiser leurs processus de production.

Pour les tests PID, les cellules solaires sont exposées à des conditions strictement similaires à celles dans lesquelles le phénomène se produit: Températures élevées, différence de potentiel électrique élevé entre la surface du verre et la cellule. Les conditions de test se font à une température ambiante de 60 ° C (140 ° F) et à une humidité de 85%, avec un potentiel négatif de 1000 V pendant 96 heures. Ainsi, à l’issue du test, les cellules ne doivent pas présenter de diminution de puissance supérieure à 5%.

A cet effet, aleo réalise des tests internes approfondis avec des critères encore bien plus stricts que la norme IEC. Pour valider les composants qui seront intégrés aux modules, aleo ne s’autorise seulement qu’à une dégradation largement en dessous du standard IEC (fixé à 5%, rappelons le). Aussi, ces contrôles de qualité en interne se reflètent auprès des laboratoires d’essais indépendants à l’externe, et les modules aleo, qui avaient pendant des années régulièrement passé les tests avec une dégradation de performance inférieure à 1%, se sont même améliorés : Lors de la derniere session de test PID effectués par le Fraunhofer ISE en décembre 2019, aucun module aleo n’a subi de dégradation liée au PID supérieure à 0,68%.

Les modules photovoltaïques aleo haut rendement – sans PID aleo solar high-efficiency photovoltaic modules – PID Free

Lors des tests PID en décembre dernier (2019), le nouveau panneau aleo X63 a même atteint un taux de dégradation étonnant bas de 0,37% de sa puissance.

Vous pouvez trouver notre certificat PID ici: https://www.aleo-solar.com/app/uploads/2020/01/COTR-2019-40636_20200114.pdf